•  

    Strophe pour se souvenir

    Présentation

     

    Louis Aragon est un poète du 20e siècle. Il est connu pour son engagement (communiste) et pour ses poèmes d'amour à Elsa Triolet.

     

    Le poème date de 1955. On peut le savoir grâce au vers 3 : « onze ans déjà ». L'affiche rouge date de 1944. Il rend hommage aux 23 résistants du groupe Manouchian exécutés dans l'affaire de l'affiche rouge.

    Ce poème a été écrit pour l'inauguration de la rue du"groupe Manouchian" dans le 20eme arrondissement.

    Aragon s'est aussi inspiré de la lettre que Manouchian a écrit à sa femme Mélinée avant de mourir.

     

    Structure du poème

     

    7 strophes de 5 vers, ce sont des alexandrins avec des rimes embrassées. Le 5eme vers se termine en « an ». Il n'y a pas de ponctuation : en poésie, le poète peut prendre des libertés par rapport aux règles.

     

    Certaines expressions font référence à l'Affiche Rouge :

    -« vos portraits », les photos médaillon

    -« noir »/« tache de sang », deux couleurs dominantes

    -« vos noms », annotation des portraits

     

    L'effet recherché par les Nazis est la « peur » (v 10)

     

    L'effet produit sur les Parisiens est le contraire. Ils ont ignoré l'affiche pendant le jour (v 12) et le soir, certains ont osé écrire sur l'affiche (v 13-14) pour montrer que le message des Nazis ne les effrayait pas.

     

    Description et Analyse

     

    Le « vous » désigne la bande de Manouchian, les résistants de l'Affiche Rouge. Louis Aragon s'adresse directement à eux.

     

    Une partie du texte est en italique. Dans cette partie, c'est Manouchian (le chef) qui parle. Il s'adresse au peuple français (v 19-20), puis à sa femme (v 23-30).

     

    Aragon transforme un peu la réalité : il imagine que Manouchian a pris la parole juste avant son exécution. L'auteur s'est inspiré d'une lettre que Manouchian à écrit à sa femme.

     

    Le message de Manouchian est plein d'amour et d'espoir (v 20 et 28). Il est convaincu que ses actes de résistance ont été utiles et permettront la victoire de la France. 
    →Le poète veut montrer que ces hommes ne sont pas des brutes, des criminels.

     

    Dans la dernière strophe, il y a une anaphore : « vingt et trois ». Ce nombre indique le nombre d'exécutés le même jour, au même moment (l'affiche rouge ne montre que 10 portraits).

    « En s'abattant » prend toute sa force en étant le dernier mot du poème car le lecteur a l'image des 23 corps qui tombent en même temps. C'est une image forte pour finir.

     

    Remarque pour la dernière strophe :

     

    Dans la dernière strophe, le pronom personnel utilisé est « ils ». Ici, le poète s'adresse au lecteur.
    Attention, dans ce poème, ce n'est pas toujours la même personne qui parle (poète/Manouchian).
    Le destinataire change aussi (la bande de Manouchian/les français/Mélinée, la femme de Manouchian/ le lecteur).

     

    Aragon a écrit ce poème pour rendre hommage à la bande de Manouchian : il veut qu'on se souvienne de ces hommes courageux qui ont donné leur vie pour la France. Il souhaite aussi nous rappeler que résister à ceux qui nous oppriment est une force.

     

     

     

    Conclusion 

    Avis perso : je trouve que ce poème est un bel hommage aux personnes qui ont donné leur vie pour la France. on ressent beaucoup d'émotions.

     

    Ouverture : ce poème a été mis en musique et chanté par Léo Ferré (artiste français du 20e siècle) en 1959, la chanson s'appelle L'Affiche Rouge.


  • 1) PRESENTATION GENERALE DE L'OEUVRE

    Maus est une bande dessiné autobiographique réalisée par Art Spiegelman le premier tome est mise en vente en 1986

    Art spiegelman de son vrai nom Arthur, est un auteur et illustrateur Americain. il est né le 15 février 1948 en Suède. Il a reçu un prix pour sa bande dessiné "Maus" le prix Pulitzer en 1992. il est sacré Grand prix de la ville d'Angoulême en 2011. il vit maintenant a New York avec sa femme Françoise Mouly et ses deux enfants Nadja Spiegelman et Dashiell Spiegelman.

    il a créé cette BD à la fin de la guerre froide et même pendant car le guerre froide se termine en 1989 et son premier tome sort en 1986.

    ces livres retracent la vie de sa famille qui est racontée par son père , pendant l'holocauste. l'holocauste est un terme utilisé apres la 2 GM pour tenter de caractériser le massacre ciblé de juifs par l’Allemagne Nazie. mais c'est aussi? ds la tradition juive, un sacrifice fait avec de la chaire brûlée.

    dans le 1er tome nommé "MAUS; my father bleed's history" en anglais traduit en francais par "MAUS; mon père saigne l'histoire"? l'auteur explique comment les juifs survivaient dans les ghettos au debut de la guerre :le conditions de vie, les différents moyens de trouver de la nourriture ou tout simplement trouver un endroit pour dormir...

    dan le second tome qui est appelé "et c'est la que mes ennuies ont commencé" il nous montre plus ce qu'a vécu son père (Vladek Spiegelman) dans les camps de concentration et comment il a réussi à survivre à cela.

    ce livre est réaliste il donne son opinion mais légèrement il raconte vraiment tout les faits.

     

    Maus

    2) DESCRIPTION DE L'OEUVRE 

    c'est une planche du tome 2

    cette bande dessiné se base sur le témoignage du père de l'auteur ? un juif polonais qui a vécu les événements. il y a un constant va et vient entre le présent et le passé

    le décor: se compose d'une grande pièce trouée de fenêtres. la scène a lieu à Austchwitz( le nom apparait dans les vignettes 3et 4 du premier strip vertical)

    on distingue plusieur groupes de personnages (sous la forme d'hommes a têtes d'animaux);- les chats(les Nazis ou SS) en tenue militaire et armés

    - le cochon (kapo polonais) en tenue de prisonniers mais possèdant une matraque et en etant a côté des chats

    - les souris (juifs) en civils au debut pour la plupart, un porte une tenue de deporté

    procédé narratif: les Gardes SS et le kapo obligent les arrivants à se débarrasser de tout leurs biens. Après s'être déshabillés, ils sont rasés puis ils doivent endosser l'uniforme rayé des déportés.

    Dans les récitatifs, le narrateur externe raconte l'humiliation et la peur dans les paroles des personnages dans les bulles on voit que Vladek tente de rassurer son ami Mandelbaum.

    CONCLUSION

    Ouverture: Shalechet (feuilles mortes) de Menashe Kadishman en 2005

    pièce métallique représentant plus de 10 000 visages extrêmement simplifiés représentant la douleur et les cris lorsque les visiteurs marchent dessus cela fait un bruit horrible.  

     

    Maus


  • Guernica

    GUERNICA

    Présentation de l'auteur

    Pablo Picasso est né à Malaga en Espagne en 1881. Il est décédé en  1973  en France. Il a produit une œuvre très variée, ne négligeant aucune forme de création : peinture, dessin, sculpture, gravure, céramique, collage . Il était avide d'explorer toutes les nouveautés et trouvailles de son époque. Il fut aussi le créateur de certaines d'entre elles (cubisme et collage).

     Contexte Historique

    Elle est particulièrement célèbre pour sa destruction, le 26 avril 1937, par les aviateurs envoyés  par Hitler afin de soutenir le général Franco.

    Le bombardement

    Description de l’œuvre  et contexte historique :

    C’est une huile sur toile datant de 1937, aux dimensions considérables puisqu'elle mesure environ 3,50 m de hauteur et 7,80 m de largeur.

    La guerre civile éclate en Espagne en 1936 entre les républicains et les nationalistes dirigés par Franco (combat entre démocratie et dictature). Le 26 avril 1937, les bombardiers nazis (allemands), appelés par Franco détruisent la petite ville de Guernica, une petite ville  du Pays basque, en Espagne..  afin de tester leurs nouvelles armes. L'attaque commence à 16h30.   Après avoir lâché quelques 50 tonnes de bombes incendiaires, les derniers avions quittent le ciel de Guernica vers 19h45. Après le massacre, 20% de la ville était en flammes, et l'aide des pompiers s'avérant inefficace, le feu se propagea à 70% des habitations.  3 000 des 7 000 habitants de Guernica périrent.

    Ce bombardement a marqué les esprits  à cause de l'ampleur du massacre et de  la violence de l'attaque.

     L’oeuvre de Picasso « Guernica » est la représentation d’une scène de ce massacre. Il s'agit donc d'une œuvre d'art engagée, d'une œuvre d'art politique, d'une peinture d'histoire.

     

    « La peinture n'est pas faite pour décorer les appartements. C'est un instrument de guerre offensive et défensive contre l'ennemi » (Picasso).

    Description

     

     Absence de couleurs.

    Utilisation du noir et blanc et d’une variété de gris  est volontaire, cela dramatise la scène,  cela accentue  l’idée de mort. Le noir et blanc fait également référence aux coupures et aux images de journaux que Picasso a utilisées dans ses recherches.

    La composition :

    Un axe vertical divise le tableau en 2 grandes parties, ainsi que la lumière (partie gauche beaucoup plus sombre que la partie droite).   

     

     

      3- Composition classique de type pyramidale, délimitée, à droite, par la femme qui s’enfuit, et à gauche par le soldat mort ou plus exactement par la ligne imaginaire qui part de sa main, ces deux personnages permettent d’unifier l’ensemble des parties du tableau. A la base de la pyramide, il y a la mort représentée par le soldat, et au sommet la promesse de revanche symbolisée par la lampe brandie. Il y a une opposition entre l’élan de la femme de droite qui se dirige vers la lumière et le taureau qui s’en détourne. 

     L’horizontale évoque la mort au contraire de la verticale qui signifie l’élan vers la vie.

     

     

    Analyse

    Le rôle de la composition du tableau est de donner une impression de désordre (désordre organisé).

    Il y a aussi un jeu de regards :    Attirer le regard vers la lampe (espoir, revanche). Quant au taureau, il symbolise la brutalité, la violence et représente les nationalistes, la lampe du plafond (les éclats, les bombes), les flammes, représentent la domination de l’ennemi.

    Les regards convergent vers ces éléments sauf le taureau qui nous regarde : manière d’introduire le spectateur dans l’oeuvre ou représente-t-il une menace ?

    La colombe, elle, est dans l’ombre, et montre le désespoir de la population. Elle fait écho au personnage de droite et au cheval (symbole du peuple) inspiré d’une crucifixion réalisée en 1930 : Sacrifice du peuple républicain espagnol.

    Cette oeuvre dénonce le massacre d’innocents par les nationalistes aidés des nazis, l’œuvre dégage une sensation d’horreur. Picasso, par la déformation des personnages et l’utilisation du noir et blanc ajoute à la dramatisation de la scène. Il utilise une caractéristique propre au style cubiste : la représentation simultanée face/profil, il fragmente l’espace au maximum afin d’amplifier l’idée de désordre.

    On peut dire que c’est une œuvre cubiste car il n’y a pas de relief,  il y a des formes géométriques et il y a une multiplication des points de vue.

    L’œuvre est dérangeante car elle rappelle les horreurs de la guerre.

    Elle est présentée aujourd'hui au Musée de la Reine Sofia à Madrid depuis 1981 seulement. En effet, elle se trouvait aux Etats-Unis depuis 1937, Picasso ayant refusé que l'oeuvre rejoigne l'Espagne tant que celle-ci serait sous le joug de la dictature franquiste (Franco meurt en 1975).

     

     

    Conclusion

     

    J’ai particulièrement apprécié cette œuvre car à travers son originalité on ressent bien les atrocités de la situation.

    J’ai choisi de faire un parallèle avec le le tableau intitulé le 3 de mayo fait en 1814 par le peintre espagnol Goya car il illustre aussi de façon très poignante un autre épisode tragique de l’histoire espagnole.   Dans Guernica, le personnage bras en croix dans les flammes est une référence au « Tres de Mayo » de Goya. 

     

    Guernica


  •  

     

    description / analyse plastique:

     

    Nom de l'artiste: Les Nazis

     

    Titre de l'oeuvre: L'affiche rouge

     

    Date: en février 1944

     

    Technique: affiche imprimée

     

    Dimensions: il y a plusieurs format comme 152 X130 cm ou encore 118 X75 cm

     

    Lieu de conservation (si possible): la Bibliotheque Nationale de France

     

    Comment l’artiste à t-il mis en œuvre :

     

    Les couleurs (contrastes…) il y a deux couleurs dominantes dans cette affiche ; le rouge et le noir. le rouge représente le sang et le noir la mort. ce sont des couleurs morbides.

     Les formes (géométriques, réalistes, courbes…) il y a une forme triangulaire, une grande flêche qui nous indique le sens de l'affiche comment la regarder, cette flêche est la aussi pour dénoncer les actes fait par les résistants, les résistants qui sont dans les minis médaillons 

    Comment a-t-il organisé ou composé son œuvre (les formes les couleurs, les matières la lumière…, dans l’espace) il utilise de couleurs qui ont une valeur symbolique importante il fait bien comprendre son opinion en prouvant ses paroles par exemple il pose une question ; -" des libérateurs ?" puis il met en bas a coter des photos prouvant leurs actes la réponse "- la libération par l'armée du crime !"

     

    Dans quel but, quels sensations, quels sens peut-on dégager de ces observations ? on peut etre choquer devant ces actes car c'est assez choquant parce que l'on voit des corps ..... on peut etre révolté aussi (comme ont été les francais)  

     

    Analyse du contexte

    1 - Qui est l’auteur de l’œuvre ? c'est les Nazis

    2 - Dans quel contexte historique l’œuvre a-t-elle été réalisée ? elle a été réaliser pendant la seconde guerre mondial sous le régime de vichy pendant l'occupation allemande

             - Quand l’œuvre a-t-elle été réalisée? en février 1944

     Analyse

    Chaque détail de l'affiche est pensée pour que rapidement les messages paraissent clairs.

    - les couleurs dominantes (noir/rouge) sont morbides

    - la disposition des portraits met en valeur le chef de bande Manouchian : il est à la pointe de la flêche.

    -le prénom des 10 hommes n'est pas donné : mise à distance et condamnation de tous ceux qui qui portent le même nom de famille.

    -la flêche qui va vers les 6 photos souhaitent faire le lien entre les hommes et leurs actes pour insister sur leurs dimensions violentes. (les conséquences)

    -peu de texte, le texte encadre les images. La question s'adresse aux français , aux parisiens. La question est très orientée.

    Bilan : 

    à travers cette affiche de propagande, les nazis veulent faire  passer les résistants, les étrangers, les juifs et les communistes pour des terroristes et des criminels qui sèment le trouble. MAIS les français feront de cette affiche un symbole de résistance pendant l'occupation. D'ailleurs les soutiens à la résistance et les engagements se multiplient. 

    Beaucoup de français ont été émus, touchés par le fait que des étrangers donnent leur vie pour la France.

    Conclusion :

    Avis perso : j'ai aimé cette oeuvre car c'est l'élément déclencheur pour beaucoup de français qui sont rentrés dans la résistance.

    ouverture : le poème"Strophes pour se souvenir" de Louis Aragon qui parle de l'affiche rouge et de l’exécution de la bande de Manouchian.

     

     

    l'affiche rouge


  • The problem we all live with

    Analyse plastique :

     

    Nom de l'artiste:

     Norman Rockwell

    Titre de l'oeuvre:

     "The problem we all live with" (= Notre problème à tous)

    Date:

    1964

    Technique:

    huile sur toile

    Dimensions: 

    91.4 x 147.3cm

    Lieu de conservation (si possible):

    La Maison Blanche, Washington (Etats Unis)

     

    Présentation de l'oeuvre et contexte historique.

    Norman Rockwell  (1894-1978), célèbre illustrateur qui a travaillé pour le Saturday Evening Post et Look Magazine. 

     Ses oeuvres prennent une dimension plus politique , notamment pour dénoncer les inégalités entre les noirs et les blancs.

    Dans les années soixante, il y a beaucoup d'actions menées pour l'obtention des droits civiques pour les noirs. Notamment en 1963 , la marche sur Washington où Martin Luther King présentera son discours "I have a dream" et le civil right Act qui est finalement passé en 1964.

    N. Rockwell évoque ici un fait réel qui s'est produit en 1964. Il s'agit d'une petite fille nommée Ruby Bridges qui a eu besoin de faire intervenir (enfin ses parents) la police pour lui donner accès à l'école de blancs dans laquelle elle avait le droit d'aller grâce au Civil Right Act.

    Ruby Bridges est devenue une figure emblématique de cette période comme Rosa Parks.

    Description de l'oeuvre 

    le style de N. Rockwell s'appelle l'hyperréalisme. La peinture ressemble à l'identique à une photo.

    Le jeu des couleurs :

    contraste robe blanche / peau noire / fond terne / marshalls habillés en gris terne/ le rouge vif de la tomate (qui rappelle le sang)

    le jaune des brassards, des plaques d'officiers et de la règle : rappels des lois à suivre.

    Mouvement circulaire du regard du spectateur.

    Mouvement de marche des personnages vers la gauche.

     

    Analyse de l'oeuvre

    l'artiste dénonce les préjugés dont est victime la petite fille.

    La position du spectateur est délicate car nous sommes à la place d'un manifestant, ce qui est inconfortable.

    La situation de la petite fille n'est pas seulement un problème pour elle mais un problème de société, "notre problème à tous " en tant qu'Américain.

    Le mouvement des personnages vers la gauche est très symbolique, c'est le mouvement du progrès, de l'avenir pour les américains.

     

    Conclusion

    avis perso :

    j'ai beaucoup aimé ce tableau car je trouve très touchant et émouvant de voir combien il était difficile de vivre aux USA quand on était noir dans les années 60.

    Ouverture : 

    j'ai mis en parallèle un autre tableau de N. Rockwell : "New kids in the neighborhood" peint en 1967 qui aborde aussi le problème de la mixité raciale aux USA.

     

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique