• LE CRI

    LE CRI

    Analyse plastique :

     

     

     

    Nom de l'artiste: Edvard Munch

     

     

     

    Titre de l'oeuvre: Le Cri

     

     

     

    Date: Entre 1893 et 1917

     

     

     

    Technique: Tempera sur carton

     

     

     

    Dimensions:91 × 73,5 cm

     

     

     

    Lieu de conservation (si possible):Musée Munch, Oslo

     

     

     

    Comment l’artiste à t-il mis en œuvre :

     

     

     

    Les couleurs (contrastes…): L’opposition des couleurs chaudes et froides que sont le rouge-orangé et un bleu presque noir, couleurs opposées donc mais surtout complémentaires car situées l’une en face de l’autre dans le cercle chromatique, est pleine de symboles. Le rouge d’abord, qui renvoie au feu, au sang et à la souffrance ; et puis le bleu-noir qui lui symbolise la mort, le vide, l’absence de vie.

     

     

     

    Les matières (textures, épaisseurs, transparences…) :Les touches de peintures sont épaisses, tortueuses et inclinées différemment selon l’effet voulu ; les mouvements du pinceau expriment à eux seuls une émotion, un cri, symbolisé par les courbes qui déforment le paysage.
     

     

     

     

    Les formes (géométriques, réalistes, courbes…): On remarque que sur le tableau il n'y a pas vraiment de formes géometriques car le ciel est flou.La barrière et le sol du pont forment des lignes de force qui convergent vers un point de fuite situé à gauche et donnent ainsi profondeur et perspective au tableau. Si on observe le ciel de sang avec ses courbes sinueuses, on comprend aisément l’expression « langues de feu » employée par l’artiste

     

     

     

    L’espace (point de vue, cadrage, profondeur…Lieu, site...):La barrière et le sol du pont forment des lignes de force qui convergent vers un point de fuite situé à gauche et donnent ainsi profondeur et perspective au tableau. Mais ce qui est le plus intéressant à remarquer dans cette composition reste sans doute l’attitude du personnage central, tourné vers le spectateur, si bien que celui-ci se sent irrémédiablement impliqué, comme si le cri qui s’échappait de cette bouche béate lui était, dans une certaine mesure au moins, adressé.

     

     

     

    La lumière. (source, intensité, contraste, diffusion…): En ce qui concerne les traits et les contours, ceux-ci sont flous, comme s’ils vibraient encore sous la puissance de ce cri tragique. On note l’irréalisme des couleurs et l’usage presque systématique de la déformation dans une tentative de réinterprétation de la réalité avec de nouvelles combinaisons de forme et de couleur.

     

     

     

     Détails (significatifs ou intrigants)

     

    Que peut on dire du corps ? (corps représenté, corps de l’artiste, corps du spectateur…mouvement, échelle geste ...): Le peintre veux faire parraitre que le cris fait une crise d'angoisse existancielle

     

     

     

    Comment a-t-il organisé ou composé son œuvre (les formes les couleurs, les matières la lumière…, dans l’espace)

     

    Dans quel but, quels sensations, quels sens peut-on dégager de ces observations ? En criant le Cri fait ressortir toutes ses angoisses ses problémes.

     

     

     

    (Qu’est ce que je vois, qu’est-ce que je reconnais, qu’est ce que je comprends, qu’est ce que l’artiste me donne à penser ?): Je vois que le decors de derrière et flou comme si le monde crié avec lui. La crise d'angoisse existancielle que le Cri est entrain de faire entraine toutes les couleurs a devenir très froides comme si le monde aller s'éfondrer en écoutant son cris résonnant.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Eventuellement mon point de vue sur l’œuvre (en prenant garde de ne pas confondre avec les observations objectives sur lesquelles tout le monde pourrait tomber d'accord): Je trouve que les couleurs du tableau et les formes vont très bien avec le contexte de l'histoire représenter dedans

     

     

     

    Notamment, que pouvez vous dire à propos du pouvoir dans cette oeuvre? C'est un pouvoir de liberté quand il crie.

     

    Pouvoir de quoi? de qui? pourquoi?...

     

     

     

    Analyse du contexte

     

     

     

    Arts Plastiques :

     

    Comment se situe l’œuvre par rapport aux œuvres de son époque ou celles d’avant ou d’après. Eventuellement, à quel mouvement artistique appartient l’œuvre ? Lz mouvement artistique appartient aux

     

    Pour vos recherches, privilégiez les sites de musée.

     

     

     

    Historique :

     

    (Les questions suivantes ne sont que quelques pistes de réflexion. Il va de soi qu’une analyse approfondie de la nature de l’œuvre et du contexte historique mènera à d’autres questionnements)

     

     

     

    1 - Qui est l’auteur de l’œuvre ? Edvard Munch

     

    2 - Dans quel contexte historique l’œuvre a-t-elle été réalisée ?   Ce cri tragique a été poussé dans la société scandinave, conformiste, puritaine et bourgeoise. Ce mouvement antinaturaliste se propose d’explorer les méandres de l’âme humaine et la fascination de la mort avec une violence paroxystique, visible dans la représentation des corps et des visages torturés, ou encore de paysages angoissants.

     

             - Quand l’œuvre a-t-elle été réalisée? entre 1893 et 1917

     

    3 - Raconter le contexte historique de l’œuvre.

     

             - L’œuvre est-elle liée à des évènements politiques, sociaux, économique,       scientifiques …? Politique

     

              - Où l’œuvre a-t-elle été créée ?

     

             - Cette œuvre joue-t-elle un rôle politique, social, économique,                scientifique …? Poltique

     

      4 – En vous appuyant sur l’analyse plastique, expliquez les intentions de l’artiste ? La barrière et le sol du pont forment des lignes de force qui convergent vers un point de fuite situé à gauche et donnent ainsi profondeur et perspective au tableau. De plus, si l’on en croit la large bande verticale qui longe le bord droit, le sens de lecture du tableau doit s’effectuer de la droite vers la gauche. Mais ce qui est le plus intéressant à remarquer dans cette composition reste sans doute l’attitude du personnage central, tourné vers le spectateur, si bien que celui-ci se sent irrémédiablement impliqué, comme si le cri qui s’échappait de cette bouche béate lui était, dans une certaine mesure au moins, adress

    SITATION DE L'ARTISTE:

    « Je me promenais sur un sentier avec deux amis — le soleil se couchait. Tout d'un coup le ciel devint rouge sang. Je m'arrêtais, fatigué, et m'appuyais sur une clôture. Il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir et de la ville. Mes amis continuèrent, et j'y restais, tremblant d'anxiété. Je sentais un cri infini qui se passait à travers l'univers et déchirait la Nature. »

     

     

     

    L'évaluation pourra permettre la validation de la compétence 1 du palier 3 du Livret de Compétences intitulée ("DIRE")