• Liberté

    Liberté

    Sur mes cahiers d'écolier
    Sur mon pupitre et les arbres
    Sur le sable de neige
    J'écris ton nom

    Sur les pages lues
    Sur toutes les pages blanches
    Pierre sang papier ou cendre
    J'écris ton nom

    Sur les images dorées
    Sur les armes des guerriers
    Sur la couronne des rois
    J'écris ton nom

    Sur la jungle et le désert
    Sur les nids sur les genêts
    Sur l'écho de mon enfance
    J'écris ton nom

    Sur les merveilles des nuits
    Sur le pain blanc des journées
    Sur les saisons fiancées
    J'écris ton nom

    Sur tous mes chiffons d'azur
    Sur l'étang soleil moisi
    Sur le lac lune vivante
    J'écris ton nom

    Sur les champs sur l'horizon
    Sur les ailes des oiseaux
    Et sur le moulin des ombres
    J'écris ton nom

    Sur chaque bouffée d'aurore
    Sur la mer sur les bateaux
    Sur la montagne démente
    J'écris ton nom

    Sur la mousse des nuages
    Sur les sueurs de l'orage
    Sur la pluie épaisse et fade
    J'écris ton nom

    Sur les formes scintillantes
    Sur les cloches des couleurs
    Sur la vérité physique
    J'écris ton nom

    Sur les sentiers éveillés
    Sur les routes déployées
    Sur les places qui débordent
    J'écris ton nom

    Sur la lampe qui s'allume
    Sur la lampe qui s'éteint
    Sur mes maisons réunies
    J'écris ton nom

    Sur le fruit coupé en deux
    Du miroir et de ma chambre
    Sur mon lit coquille vide
    J'écris ton nom

    Sur mon chien gourmand et tendre
    Sur ses oreilles dressées
    Sur sa patte maladroite
    J'écris ton nom

    Sur le tremplin de ma porte
    Sur les objets familiers
    Sur le flot du feu béni
    J'écris ton nom

    Sur toute chair accordée
    Sur le front de mes amis
    Sur chaque main qui se tend
    J'écris ton nom

    Sur la vitre des surprises
    Sur les lèvres attendries
    Bien au-dessus du silence
    J'écris ton nom

    Sur mes refuges détruits
    Sur mes phares écroulés
    Sur les murs de mon ennui
    J'écris ton nom

    Sur l'absence sans désir
    Sur la solitude nue
    Sur les marches de la mort
    J'écris ton nom

    Sur la santé revenue
    Sur le risque disparu
    Sur l'espoir sans souvenir
    J'écris ton nom

    Et par le pouvoir d'un mot
    Je recommence ma vie
    Je suis né pour te connaître
    Pour te nommer

    Liberté

    1. Présentation générale

    Paul Eduard était un poète français de 20éme siècle ,aussi auteur engagée et surréaliste.                                                               Ce poème a été crée en 1942.La France été en guerre et occupée par les Nazis (régime de Vichy).Pour éviter la censure Paul Eduard a fait parachuter son poème au dessus du sol français grâce à la Royal Air Force et personne n'a commander ou acheter l'oeuvre.Ce poème parle de la liberté.C'est un poème engagée.

    2.Description de l'oeuvre

    Dans ce poème: il y a 20 quatrains et 1 quintile ,vers de 7 syllabes=heptasyllabes) et 1 vers de 4 syllabes, pas de rime ni de ponctuation. Il y a 2 anaphore de "Sur" 1er vers de chaque strophe et "J'écris ton nom"dernier vers de chaque strophe sauf 21ème strophe.Le principal thème est la liberté.

    3.Analyse de l'oeuvre

    Le message du poème:

    -la liberté est un droit fondamental;il faut se battre pour la retrouver   et qu' il faut garder espoir et résister.

    Eduard  appelle les français à résister et à se battre.Après l'anaphore de "sur" il y a toujours un complément de lieu qui est difficile a atteindre.La dernière strophe est différente car il y a cinq vers non 4 vers,pas d'anaphore.Le dernier vers est une chute (=fin inattendu,)car on découvre de quoi parle le poème on s'attendait à un nom de femme.Le poème évoquent une chronologique:

    Les quatres premières strophes l'enfance(les cahiers d’écolier,pupitre)v1.2 (l'écho de mon enfance) v.15

    De la strophes cinq à onze la jeunesse (saisons fiancées)                        Adulte de la strophe douze à 16 : l'installation dans la vie (raison) v.16.

    Moment présent (la guerre) strophe 17 à 19 .

    Le futur strophe 20 à 21 évocation de la fin de la guerre que Paul Eduard attend et espère.

    Fernand Léger a fait une fresque avec le poème d'Eduard.

    Liberté