•  

    « Liberté » de Paul Eluard

    Oeuvre 5 Liberté de Paul Eluard



    Présentation de l’œuvre et de l'auteur :

    Paul Eluard est un poète français engagé du 20e siècle (1895-1952).

    « Liberté » est un poème engagé écrit en 1942.

    Contexte historique :

    La France est en guerre et occupée par les Nazis depuis 1940. Donc cette œuvre parle de la liberté qui a été privée aux Français à cause des Nazis. 

    Eluard va parachuter son poème avec l'aide de la Royal Air Force pour éviter la censure.

    Description de l’œuvre :

     Cette œuvre est composée de vingt quatrains et d'un quintile.

    Les vers sont de sept syllabes sauf les derniers vers qui sont de quatre syllabes.

    Il n'y a pas de rimes ni aucune ponctuation (ce qui fait allusion à la liberté).

    Deux anaphores sont présentes : "sur" et "j'écris ton nom" (sauf pour la vingt et unième strophe où il n'y a pas d'anaphores).

    On a l'impression que les anaphores créent un refrain. C'est ce qui fait la musicalité du poème. Le but de l'auteur est qu'on retienne ces anaphores.

    Remarque : Après l'anaphore "sur" il y a un complément circonstanciel de lieu. Certains sont réels, mais d'autres, difficiles à atteindre. (Comme par exemple : la mousse des nuages).

    Analyse de l’œuvre :

     Quand nous commençons à lire le poème, nous nous attendons à un prénom de femme. Mais lorsque nous arrivons à la fin, nous découvrons que Paul Eluard parle de la liberté. C'est une chute.

     Effectivement, au début, ce poème était un poème d'amour, mais l'auteur a décidé de changer la fin, le dernier mot, pour en faire un poème engagé.

    Cette œuvre suit une chronologie :

    Strophes : 1 à 4: Il parle de l'enfance (ex : écoliers)

    5 à 11 : C'est les années de formation (ex : amour)

    12 à 16 : C'est l'âge adulte (ex : couple, maison)

    17 à 19 : Il parle de la guerre (ex : allusions négatives)

    20 à 21 : La fin de la guerre qu'Eluard espère.

    Cette chronologie montre que la liberté doit accompagner les gens tout au long de leur vie.

    Conclusion :

    Messages passés : - La liberté est un droit fondamental : il faut se battre pour la retrouver.

    - Il faut garder espoir et résister. (C'est le message qu'il passe aux français.)

    Ouverture : L'artiste Fernand Léger a fait une fresque avec le poème d'Eluard.

    Avis perso : J'ai beaucoup apprécié cette œuvre parce que je la trouve très bien écrite et très bien formée. La chute est surprenante, on ne s'attend pas à qu'il parle de la liberté. Le message de l'auteur est très fort.

     


  • Strophe pour se souvenir de Louis Aragon

    Oeuvre 4 Strophe pour se souvenir

     

    Présentation

     

    Louis Aragon est un poète du 20e siècle. Il est connu pour son engagement (communiste) et pour ses poèmes d'amour à Elsa Triolet.

     

    Le poème date de 1955. On peut le savoir grâce au vers 3 : « onze ans déjà ». L'affiche rouge date de 1944.

     

    Structure du poème

     

    7 strophes de 5 vers, ce sont des alexandrins avec des rimes embrassées. Le 5eme vers se termine en « an ». Il n'y a pas de ponctuation : en poésie, le poète peut prendre des libertés par rapport aux règles.

     

    Certaines expressions font référence à l'Affiche Rouge :

    -« vos portraits », les photos médaillon

    -« noir »/« tache de sang », deux couleurs dominantes

    -« vos noms », annotation des portraits

     

    L'effet recherché par les Nazis est la « peur » (v 10)

     

    L'effet produit sur les Parisiens est le contraire. Ils ont ignoré l'affiche pendant le jour (v 12) et le soir, certains ont osé écrire sur l'affiche (v 13-14) pour montrer que le message des Nazis ne les effrayait pas.

     

    Description et Analyse

     

    Le « vous » désigne la bande de Manouchian, les résistants de l'Affiche Rouge. Louis Aragon s'adresse directement à eux.

     

    Une partie du texte est en italique. Dans cette partie, c'est Manouchian (le chef) qui parle. Il s'adresse au peuple français (v 19-20), puis à sa femme (v 23-30).

     

    Aragon transforme un peu la réalité : il imagine que Manouchian a pris la parole juste avant son exécution. L'auteur s'est inspiré d'une lettre que Manouchian à écrit à sa femme.

     

    Le message de Manouchian est plein d'amour et d'espoir (v 20 et 28). Il est convaincu que ses actes de résistance ont été utiles et permettront la victoire de la France.
    →Le poète veut montrer que ces hommes ne sont pas des brutes, des criminels.

     

    Dans la dernière strophe, il y a une anaphore : « vingt et trois ». Ce nombre indique le nombre d'exécutés le même jour, au même moment (l'affiche rouge ne montre que 10 portraits).

    « En s'abattant » prend toute sa force en étant le dernier mot du poème car le lecteur a l'image des 23 corps qui tombent en même temps. C'est une image forte pour finir.

     

    Remarque pour la dernière strophe :

     

    Dans la dernière strophe, le pronom personnel utilisé est « ils ». Ici, le poète s'adresse au lecteur.
    Attention, dans ce poème, ce n'est pas toujours la même personne qui parle (poète/Manouchian).
    Le destinataire change aussi (la bande de Manouchian/les français/Mélinée, la femme de Manouchian/ le lecteur).

     

    Aragon a écrit ce poème pour rendre hommage à la bande de Manouchian : il veut qu'on se souvienne de ces hommes courageux qui ont donné leur vie pour la France. Il souhaite aussi nous rappeler que résister à ceux qui nous oppriment est une force.

     

    Conclusion

     

    Avis perso : j'ai aimé cette œuvre car elle est très bien écrite et qu'elle reprend des faits réels.

    Ouverture : ce poème a été mis en musique et chanté par Léo Ferré (artiste français du 20e siècle).

     

     


  •  L'Affiche Rouge

    Oeuvre 3 L'affiche rouge

     

    Titre : L'affiche rouge

    Auteurs : les Nazis

    Type de documents : affiche de propagande

    Date de création : février 1944

    Contexte historique : la Seconde Guerre Mondiale/Régime de Vichy depuis 1940 : une partie de la France est occupée par les Nazis

    Sujet du document : les Nazis lancent une grande campagne de propagande antisémite (juifs), xénophobe (étrangers) et anti-résistant.

     

    A/ Contexte Historique

     

    Cette affiche a été créée par les Nazis. Elle s'adresse aux parisiens et aux résistants. Son but est de faire peur aux français et aux résistants et que la Résistance arrête ses actions.

     

    Les dix personnes présentes sur l'affiche sont toutes des résistants qui se sont battus pour la France. Ils ont été tous exécutés.

     

    Cette affiche n'a pas eu l'effet espéré, au contraire : la Résistance s'est renforcée et développée.

     

    B/ Description

     

    Elle est composé en 3 parties :

    -le texte : 1 q°/1 réponse

    -10 portraits disposés en flèche et accompagné d'un petit texte (nom, nationalité, conviction, actes de résistance)

    -6 photos en noir et blanc des actes de résistance

     

    La couleur dominante est le rouge : c'est le symbole du sang

    Il y a aussi beaucoup de noir : cela représente le mal/la mort

     

    Les portraits des 10 hommes cherchent à les rendre inquiétants : photos sombres, on ne voit pas leur regard

     

    Les 6 photos montrent des actes de résistance : déraillement, saisie d'armes

     

    Cette affiche veut faire passer ces hommes pour des criminels (notamment avec le slogan « l'armée du crime »). Les Nazis, avec le texte, se moquent des résistants (« libérateurs ») → question ironique

     

    C/ Analyse

     

    Chaque détail de l'affiche est pensé pour que, rapidement, le message paraisse clair :

    -les couleurs dominantes (noir/rouge) sont morbides

    -la disposition des portraits met en valeur le chef de bande Manouchian : il est à la pointe de la flèche

    -le prénom des 10 hommes n'est pas donné : il y a une mise à distance et une condamnation de tout ceux qui ont le même nom de famille. 

    -la flèche qui va vers les 6 photos souhaite faire le lien entre les hommes et leurs actes pour insister sur la dimension violente (conséquence)

    -il y a peu de texte, il encadre les image 

    -la question s'adresse aux français/parisiens, la réponse est très orientée.

    A travers cette affiche de propagande, les Nazis veulent faire passer les résistants, les étrangers, les juifs et les communistes pour des terroristes, des criminels qui sèment le trouble. Mais les français feront de cette affiche un symbole de résistance pendant l'Occupation. D'ailleurs, les soutiens à la résistance et les engagements se multiplient.
    Beaucoup de français ont été émus, touchés, par le fait que des étrangers donnent leur vie pour la France.

     

    D/ Conclusion

     

    Avis personnel : je trouve que cette affiche est très émouvante car les résistants représentés se sont battus et sont morts pour la France.

     

    Ouverture : les poème « Strophes pour se souvenir » de Louis Aragon parle du même événement : affiche rouge/exécution de la bande de Manouchian.

     


  •  

    Oeuvre 2 Big Electric Chair

     

    I.Présentation Générale de l’œuvre

     

    Titre de l’œuvre : Big Elecric Chair

    Auteur : Andy Warhol, né en 1928 à Pittsburgh (USA) et mort en 1987 à New-York (USA). Warhol est un artiste américain. C'est l'un des principaux représentants du pop art. Il utilisait beaucoup la technique de la sérigraphie (technique d'imprimerie utilisant des écrans de soie interposés entre l'encre et le support).

    Date de création de l’œuvre : 1967

    Contexte historique : L'Amérique dans les années 60 était dans une période très mouvementée tant socialement que politiquement: il y avait la guerre froide, des manifestations de droits civiques dans le sud du pays et des mouvements contre la peine de mort (après l'exécution de Carly Chessman).

    Sujet de l’œuvre : L’œuvre parle des exécutions par chaise électrique. 

    Mouvement/genre artistique auquel elle appartient : Elle appartient au mouvement artistique du pop art.

     

    2.Description de l’œuvre

     

    L’œuvre fait 137,2*185,3 cm. Elle est conservée au Centre Pompidou, à Paris. Les techniques utilisées sont la sérigraphie et la peinture acrylique sur toile. Elle fait partie de la série sur la mot, Death and Disaster.

    Le tableau représente une chaise électrique. Il a été fait a partie d'une photo d'une pièce vide avec une chaise électrique. Les contrastes sont ainsi à cause de la photo, qui était de mauvaise qualité.

    Il a 3 partie, le sol (au 1er plan), la chaise électrique (au 2eme plan) et le mur/plafond (au 3eme/dernier plan).

    Les couleurs sont assez sombres. Il y a une bichromie de rose, de rouge et de bleu. Il y a beaucoup de contrastes. Les formes sont réalistes.

      La chaise électrique se trouve au 2eme plan du tableau, contre un mur. Il n'y a pas énormément de lumière.

     

    3.Analyse de l’œuvre

     

    Andy Warhol souhaitait montrer une image haïssable de la société américaine. Il voulait faire de la chaise électrique, objet de torture et de mort, un tableau-affiche aux couleurs complémentaires.

    Warhol dénonce la perte de valeurs des tragédies quand elles restent entre les mains des médias.

    Il a voulu susciter chez le spectateur un sentiment de malaise car il met un sujet de mort avec des couleurs assez vives sur un tableau.

     

     Conclusion

     

    On peut comparer cette œuvre avec Skull, une peinture du même artiste de 1976.

    J'ai aimé cette œuvre car je trouve que le message qu'elle porte est important.

     


  • Analyse d'oeuvre littéraire : Si c'est un homme

    Oeuvre 1 Si c'est un homme

    Version italienne :  

    Shemà

    Voi che vivete sicuri
    Nelle vostre tiepide case,
    Voi che trovate tornando a sera
    Il cibo caldo e visi amici :

    Considerate se questo è un uomo
    Che lavora nel fango
    Che non conosce pace
    Che lotta per mezzo pane
    Che muore per un si o per un no.
    Considerate se questa è una donna,
    Senza capelli e senza nome
    Senza più forza di ricordare
    Vuoti gli occhi e freddo il grembo
    Come une rana d'inverno.

    Meditate che questo è stato :
    Vi comando queste parole.
    Scolpitele nel vostro cuore
                                                                Stando in casa andando per via,
    Coricandovi alzandovi ;
                                                      Ripetetele ai vostri figli.

                                                      O vi si sfaccia la casa,
                                                      La malattia vi impedisca,
                                                      I vostri nati torcano il viso da voi.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1 Présentation générale de l’œuvre

    - Titre :Si c'est un homme

    - Auteur : Primo Levi est un auteur italien juif né en 1919 et mort en 1987. Il est très connu pour ses témoignages et ses romans sur le système concentrationnaire. Un de ses romans les plus connus, Si c'est un homme, est son autobiographie dans le camp de concentration d'Auschwitz.

    - Date de création de l’œuvre : 1947

    - Contexte Historique : Cette œuvre se passe dans le contexte historique de la Seconde Guerre Mondiale, plus précisément des camps de concentration.

    - Sujet de l’œuvre : Cette œuvre parle de l'expérience des camps de concentration.

    -Mouvement/Genre artistique de l’œuvre : cette œuvre est un poème engagé.

     

    2. Description de l’œuvre

     

    Il s'agit du poème au début du livre éponyme, un roman autobiographique sur la détention au camp d'Auschwitz.

    Ce poème a une seule strophe. Elle est composé de 23 vers. Ce sont des vers libres. Il n'y a pas de rime.

    La version originale du poème est fait de 4 strophes, la première offre l'image de la chaleur, la deuxième la compare aux détenus des camps de concentration, la troisième est consacré à la mémoire et la dernière est une malédiction.

    Le titre italien de ce poème est Shemà, qui signifie en hébreu « écoute ». Ce titre provient de la Bible, plus précisément d'une prière du Deutéronome très pratiqué par les juifs (ch. 6, vers. 4-10)

    Le poème ressemble beaucoup à ce texte fondateur, essentiellement grâce aux paroles. Il reprend l'idée du Deutéronome (prière de célébration), preuve qu'il assume sa culture juive.

     

    Le pronom personnel « vous » du premier vers désigne l'ensemble de la société. « Vous qui » interpelle le lecteur et lui donne l'impression d'être directement concerné, qu'on l'interpelle. Cela lui donne un sentiment de culpabilité et de tristesse. Il a l'impression d'être accusé.

    Ce poème oppose le cas de ceux qui ont été déporté et de ceux qui ne l'ont pas été. Levi accorde de l'importance au devoir de mémoire.



    Le poème est divisé en 4 parties : -la vie des civils

    -les conditions de vie des déportés

    -le devoir de mémoire

    -la malédiction

     





    3. Analyse de l’œuvre

    - Quel est le message de l’auteur ?

    Du vers 1 à 4, Levi parle de la vie tranquille des civils. Il insiste particulièrement sur le confort : « bien au chaud » et la « table mise ». Il ajoute aussi la notion de possession : « vos maisons ».

    •  

    • Du vers 5 à 14, Levi montre la vie des déportés. Avec la question « Considérez si c'est un homme » montre que Levi parle de la déshumanisation. Il demande si ces personnes sont vraiment des hommes et des femmes car ils sont traités comme des moins que rien et sont constamment humiliés.
      Il évoque la dureté des conditions de vie et présente l'homme comme un souffrant. La tournure négative montre que c'est quelque chose de constant. Il n'oublie pas d'évoquer les souffrances que sont la faim et la mort.

    • L'expression « pour un oui, pour un non » marque l'absurdité des faits.

    • Il évoque ensuite le cas des femmes. Elle est atteinte dans son identité du fait qu'elle a « perdu son nom ». Elle perd aussi sa féminité étant donné qu'elle a les « cheveux rasés ».

    • Levi connote l'idée du néant, la femme est réduite à rien : « yeux vides ». Il met aussi en évidence sa stérilité : « sein froid », « comme une grenouille en hiver ».

    • Levi exprime les deux types de souffrances dans cette partie, les souffrances physique et morale. L'homme souffre physiquement et la femme moralement.

    • Cette partie contraste énormément par rapport à celle d'avant. Levi compare les deux parties. Il parle de ce que les prisonniers ne peuvent pas avoir : « chaud dans vos maison », la « table mise »... C'est une idée de dénuement total.

    •  

    • Du vers 15 à 20, Levi parle du devoir de mémoire. Il évoque dans ces vers une prière du Deutéronome, qui parle de se souvenir et de transmettre notre savoir à nos enfants. Il parle de ce devoir pour ne pas oublier ce qu'il est arrivé à ces gens.

    Du vers 21 à 23, Levi lance une malédiction à ceux qui ne respecte pas le devoir de mémoire. Cela donne un effet de froideur sur le texte.

    Levi voulait susciter un sentiment de tristesse et de honte. Il voulait qu'on se souvienne et qu'on n'oublie pas ce passage de notre histoire.

    -Levi a utilisé des figures de style. Celle qui marque le plus est l'anaphore « Considérez si c'est... ». Il nous demande si ces personnes, à qui on a tout enlevé, sont réellement des personnes.

    - A son époque, cette œuvre ne connut pas un grand succès parce que les gens ne sont pas prêt pour prendre conscience de la Shoah. Quelques années plus tard, il connut le succès suite à une exposition sur les camps. Pour moi, cette œuvre m'a permis de réaliser à quel point la paix peut être instable et à quel point l'humain peut commettre des choses atroces à ses semblables.

     

    Conclusion  / ouverture :

      • On peut faire un lien avec « Les naufragés et les rescapés » du même auteur.

      • J'ai beaucoup apprécié cette œuvre parce que je la trouve très marquante dans sa façon d'être écrite et qu'elle m'a fait prendre conscience de certaines choses.





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique