• Oeuvre 2- Très de Mayo

    Oeuvre 2- Très de Mayo

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    TRES DE MAYO

     

    L’auteur : Francisco de Goya, né le 30 mars 1746 à Fuentetuodos et mort le 16 avril 1828 à Bordeaux.

     

    Contexte Historique :

     

    Le très de Mayo est une huile sur toile réalisé par Francisco de Goya en 1814. Au début du 19° siècle, Napoléon 1er dominait presque tout le continent Européen, mais il restait l’ennemi Anglais. Pour éviter toute alliance avec l’Espagne, Napoléon place son frère Joseph Bonaparte à la tête de l’Espagne et chasse le roi Ferdinand VII. Le peuple se révolte la nuit du Très de Mayo ( le 3 mai ) mais malheureusement la révolte échoue et 43 patriotes sont exécutés. Goya a peint le tableau 6 ans après.

    Ce tableau est conservé au Musée de Prado à Madrid.

     

    Description et Analyse :

     

    Au premier plan : Il y a des hommes qui ont été exécutés et  leurs corps baignent dans le sang. À droite, les soldats français en uniforme sont de dos, on ne voit pas leur visage et ils ont leurs fusils pointés sur les espagnols.

     

    Au second plan : Il y a un prêtre qui prie et un homme qui se cache le visage. Goya cherche à émouvoir. Au milieu, un homme se démarque, il est vêtu de blanc et de jaune, il a les bras en croix, il représente le christ. On remarque aussi les futurs exécutés qui ont peur.

     

    Au troisième plan : il y a la banlieue madrilène plongée dans la nuit avec le palais lyria.

     

    Dans le tableau il n’y a qu’une seule source de lumière, la lampe, elle éclaire l’homme vêtu de blanc et les condamnés et laisse les soldats français dans l’ombre. L’homme vêtu de blanc fait un contraste avec les couleurs sombres, il est le symbole de l’innocence. L’autre couleur qui n’est pas sombre est le rouge qui symbolise le sang, Il y en a beaucoup à l’endroit des condamnés.

     

     

     

    Ouverture : Guernica de Picasso qui s’inspire de certain morceau du tableau de Goya.

     

    Avis perso : Etant donné que cette œuvre est un reflet de la réalité quasi-indéniable, je trouve cette œuvre marquante et notamment vecteur de désespoir.