• oeuvre 4

    Titre : Couverture n°78 des aventures de Captain America parue en 1954 aux Etats-Unis

    Auteurs : dessinée par John Romita et Stan Lee auteur du sénario

    Le personnage de Captain America est né en 1940, c'est un héros de Comic Book (BD vendu à bas prix)

    Il avait à l'origine pour rôle de faire circuler la propagande américaine parmi les soldats lors de la 2eme Guerre Mondiale.

    Captain America est un soldat qui a été transformé en surhomme par un sérum, il représente la puissance américaine.

    Contexte historique : Après la 2eme Guerre Mondiale, les 2 superpuissances que sont l'URSS et les Etats-Unis s'engagent dans une guerre froide (période de tension et d'opposition idéologiques mais sans affrontement direct)

    En 1954 l'hostilité entre les 2 grands est bien marquée.

    Analyse de l'image

    C'est un dessin fait à l'encre noir et mis en couleurs.

    Au 1er plan à gauche se tient Captain America, reconnaissable à sa tenue et à son bouclier aux couleurs de drapeau américain, le rouge de son uniforme est plus rouge que celui d'Elektro. Sa position nous permet de voir tous ses muscles, on voit qu'il est très musclé : il représente la puissance américaine.

    Il s'apprête à projeter au sol un soldat soviétique. On sait qu'il est soviétique parce que l'on voit qu'il a un uniforme vert, une faucille et un marteau sont sur son épaulette.

    Il fait appel à toutes ses forces : son visage est contracté, sa musculature est saillante, sa position de jambes. Le soldat est crispé, il a une position grotesque, son teint est pâle et un peu rouge : il a peur.

    Il apparaît comme un super soldat, derrière lui on voit de nombreux ennemis et au second plan à droite, celui de son principal adversaire. On pourrait imaginer qu'il se tient sur la terre et qu'il la gouverne et donc  l'Amérique est la plus forte superpuissance.

    Elektro n'est pas représenté comme un humain : il est vert, son corps est velu, imposant, il lance un éclair, c'est un "monstre" né d'une expérience scientifique soviétique, mais sa ceinture, ses bottes et sur son torse la faucille et le marteau, l'identifient comme un soldat il est représenté au second plan loin du personnage, il semble insignifiant avec son éclair.

    Même si il ne semble pas très dangereux il faut faire attention, au sol le meilleur ami de Captain America (James Barnes) a été victime de ses décharges.

    Les soldats au fond à droite ne sont pas organisés, ils tirent de côté opposé. Ils sont gris même leur visage. Ils sont situés plus bas qu'Elektro

    Analyse du texte

    Au dessus de la tête du héros il y a écrit "Captain America" en lettres capitales rouges, les formes sont carrées, les lettres ont une épaisseur (l'ombre), le "America" a une plus grande typo que Captain toutes ces choses montrent la puissance, la solidité de l'Amérique.

    Ce titre rappelle aussi qu'il n'est qu'un soldat, et que cette publication est destinée en premier aux soldats et aux hommes en âge de s'engager dans l'armée.

    "Commie Snasher" signifie "écraseur de communistes".

    Le 1er encadré indique "how luch suspense and action can you stand ?" (quel niveau de suspense et d'action pouvez vous supporter)

    Et le 2eme : "See captain America defy the communist hordes" (découvrez captain America défiant les hordes communistes)

    L'utilisation du terme "hordes" est nettement péjoratif : les communistes sont présentés comme des sauvages, une armée sans discipline ni organisation, mais nombreuse, ce qui accentue l'idée du courage et de l'invincibilité du héros américain et participe à sa gloire. Le dessin sur la couverture le prouve.

    Conclusion

    Si ce comics est à la base une BD, il sert ici d'outil de propagande délivrant son message : Captain America quasi invincible, est le symbole des États-Unis protégeant le monde de la menace communiste au risque de sa vie.

    Les communistes, eux, sont tournés en ridicule mais constituent néanmoins une menace réelle qu'il faut détruire.

    Ouverture : Les bandes dessinées de Captain America ont été adaptées en film

    oeuvre 4