• Quatrième oeuvre

     Liberté


    Sur mes cahiers d’écolier
    Sur mon pupitre et les arbres
    Sur le sable sur la neige
    J’écris ton nom

    Sur toutes les pages lues
    Sur toutes les pages blanches
    Pierre sang papier ou cendre
    J’écris ton nom

    Sur les images dorées
    Sur les armes des guerriers
    Sur la couronne des rois
    J’écris ton nom

    Sur la jungle et le désert
    Sur les nids sur les genêts
    Sur l’écho de mon enfance
    J’écris ton nom

    Sur les merveilles des nuits
    Sur le pain blanc des journées
    Sur les saisons fiancées
    J’écris ton nom

    Sur tous mes chiffons d’azur
    Sur l’étang soleil moisi
    Sur le lac lune vivante
    J’écris ton nom

    Sur les champs sur l’horizon
    Sur les ailes des oiseaux
    Et sur le moulin des ombres
    J’écris ton nom

    Sur chaque bouffée d’aurore
    Sur la mer sur les bateaux
    Sur la montagne démente
    J’écris ton nom

    Sur la mousse des nuages
    Sur les sueurs de l’orage
    Sur la pluie épaisse et fade
    J’écris ton nom

    Sur les formes scintillantes
    Sur les cloches des couleurs
    Sur la vérité physique
    J’écris ton nom

    Sur les sentiers éveillés
    Sur les routes déployées
    Sur les places qui débordent
    J’écris ton nom

    Sur la lampe qui s’allume
    Sur la lampe qui s’éteint
    Sur mes maisons réunies
    J’écris ton nom

    Sur le fruit coupé en deux
    Du miroir et de ma chambre
    Sur mon lit coquille vide
    J’écris ton nom

    Sur mon chien gourmand et tendre
    Sur ses oreilles dressées
    Sur sa patte maladroite
    J’écris ton nom

    Sur le tremplin de ma porte
    Sur les objets familiers
    Sur le flot du feu béni
    J’écris ton nom

    Sur toute chair accordée
    Sur le front de mes amis
    Sur chaque main qui se tend
    J’écris ton nom

    Sur la vitre des surprises
    Sur les lèvres attentives
    Bien au-dessus du silence
    J’écris ton nom

    Sur mes refuges détruits
    Sur mes phares écroulés
    Sur les murs de mon ennui
    J’écris ton nom

    Sur l’absence sans désir
    Sur la solitude nue
    Sur les marches de la mort
    J’écris ton nom

    Sur la santé revenue
    Sur le risque disparu
    Sur l’espoir sans souvenir
    J’écris ton nom

    Et par le pouvoir d’un mot
    Je recommence ma vie
    Je suis né pour te connaître
    Pour te nommer

    Liberté.

     

    Partie 1 (questions)

     

    1 Présentation générale de l’œuvre

    - titre de l’œuvre :  L'oeuvre se nomme liberté.

     

    - auteur (nationalité, dates de naissance et mort) L'auteur est Paul Eluard il est né le 14 décembre 1895 et mort le 1952 a l'age de 56 ans.

     

    - date de création de l’œuvre : L'oeuvre a été crée en 1942.

     

    - contexte historique : Durant la création de l'oeuvre, la France était en pleine guerre, C'était la second guerre mondial qui a commencé en 1939 et qui c'est terminé le 1945.

     

    - sujet de l’œuvre : de quoi parle-t-elle ? L'oeuvre parle 

     

    - mouvement/ genre artistique auquel elle appartient (ex : réalisme, fantastique, poésie engagée…) L'auteur appartient a 2 mouvements littéraires, le dadaïsme et le surréalisme.

     

     

    2. Description de l’œuvre

    Poème / texte : structure (strophe, vers, rimes), rythme, principaux thèmes, progression générale : Ce poème contient 20 quatrains et d'un quintil. Ce sont des vers irréguliers de 6 et 7 syllabes qui n'ont pas de rimes. Il n'y a pas de ponctuation dans les vers.

     

    Partie 2 (rédaction)

     

    Présentation

    Liberté est un poème de Paul Eduard écrit en 1942? Paul Eduard était un auteur engagé du XXe siècle. Le pâme a été écrit durant la second guerre mondial, a ce moment la France était occupé par les nazis. Il était dangereux de dire ce que l'on pensait car le peuple était privé de liberté d'expression.                               Ce poème a été publié dans un recueil clandestin et parachuté par les avions de la Royale Air Force. 

     

    Analyse et description de l'oeuvre

    Ce poème contient 20 quatrains et d'une strophe de 5 vers. Il s'agit d vers irréguliers de 6 à 7 syllabes et d'un refrains (" J'écris ton nom ") de 4 syllabes qui se répète a chaque fin de quatrains. Il n'y a aucune rimes. Les vers n'ont aucune ponctuation. Il y a une anaphore de "sur" et "j'écris ton nom". Dans ce poème la musicalité est créée par la répétition du vers "j'écris ton nom", l'anaphore de "sur" qui se répète. Le rythme est régulier et à la fin du poème il est brisé par une strophe de 5 vers.

    Au début du poème on suppose que le "je" est le poète et que le "tu" est la femme aimé. Donc il s'agit d'une déclaration amour. Mais à la fin on se rend compte que "je" sont toutes ls personnes qui manquent de liberté et "tu" est la liberté sous forme de personnification.

    Dans ce poème il y a une certaine chronologie :                                                 - Dans les vers 1 à 4 il évoque sont enfance, il parle aussi du temps quand il était a l'école (dans le vers 1 il parle de ses cahiers d'écolier).                                     - Ensuite de la strophe 5 à la strophe 11, il parle de ses années de formation (la découverte du monde, de l'amour, ...).                                                              - De la strophe 12 à la strophe 16, il parle de sa vie d'adulte.                             - Puis pour finir il parle du moment présent? donc de la guerre; la peur de la mort et surtout de l'espoir.                                                                               Il y a donc une chronologie dans ce poème car Paul Eluard souhaite que la liberté existe partout et tout le temps.                                                                   Dans la dernière strophe on constate qu'elle est différente car elle comporte 5 vers et non 4 comme les autres. Il n'y a plus d'anaphore de "sur" et "j'écris ton nom" et le dernier vers (" liberté ") ne comporte que 3 syllabes.                    Dans la dernière strophe on s'attend a un prénom de femme mais à la place c'est le droit a la liberté qui est écrit. Du coup, on comprend le poème est différemment car il ne s'agit plus d'un poème lyrique mais d'u poème engagé.     Le message que veut faire passer Paul Eduard à travers ce poème est qu'il faut se barre et résister pour la liberté. Il fait aussi passer un message qui dit que la liberté peur être retrouvé.

    Conclusion 

    Ce poème fait passer un message de résistance et de force pour lutter contre l'invasion des nazis et retrouver les libertés. Et ce poème a été repris par les Enfoirés en 2016.